14/04/2011 - Mis à jour : 08/06/2011 - A la une sur le portail - Dépendance

Dépendance : point d’étape sur les premiers travaux des groupes de travail et lancement de la campagne de communication

La ministre des solidarités et de la cohésion sociale, Roselyne Bachelot, et sa secrétaire d’Etat, Marie-Anne Montchamp ont présenté lors d’une conférence de presse, le 14 avril 2011, le lancement d’une campagne de communication dans la presse écrite et à la radio afin d’inciter les citoyens à participer au débat national sur la dépendance.

Sous le slogan "Dépendance des personnes âgées, nous sommes tous concernés", des encarts diffusés dans la presse nationale encourageront à déposer une contribution sur le site internet dédié (http://www.dependance.gouv.fr/).

Des annonces dans la presse régionale informeront de l’organisation des débats interdépartementaux et interrégionaux, qui démarreront lundi 18 avril en Pays de la Loire, à Andard, et se clôtureront le 20 juin à Strasbourg.

A cette occasion a été présenté un bilan d’étape des consultations sur la prise en charge de la dépendance, en présence des quatre modérateurs des groupes de travail mis en place dans le cadre du débat. "Les propositions ne seront dévoilées qu’en juin", a précisé la ministre des Solidarités.

Le premier groupe de travail "Société et vieillissement" relève que le "vieillissement" est perçu de façon négative dans la société française et que les systèmes de prise en charge de la dépendance (sanitaire, médico-social, et social) sont soumis à des problèmes d’organisation et de coordination. Le deuxième groupe de travail sur les perspectives démographiques et financières a, quant à lui, défini des hypothèses sur le nombre de personnes âgées dépendantes à l’horizon 2060 en s’appuyant sur les dernières projections tendancielles de l’INSEE et de l’INED (voir lettre 447). Le troisième groupe "Accueil et accompagnement des personnes âgées" a fait état, dans ses travaux, de plusieurs éléments positifs. "Le groupe a confirmé la préférence de nos concitoyens pour le maintien à domicile. En conséquence, il semblerait que le nombre actuel de places en Ehpad soit satisfaisant, sous réserve d’une meilleure répartition sur le territoire. Enfin, le quatrième groupe sur la "Stratégie pour la couverture de la dépendance des personnes âgées" montre que l’effort public en faveur de la dépendance est d’environ 25 milliards d’euros (1,4 % du PIB), soit 0,2 point de plus que la moyenne de l’Union européenne.

"La couverture de la dépendance stricto sensu est en très grande partie assurée par des sources d’origine publique (près de 83 % du montant total) et 95 % des dépenses de soins des personnes dépendantes sont prises en charge par l’assurance maladie ou la couverture maladie universelle complémentaire", précise le dossier de presse du ministère. En revanche, ce sont les dépenses privées qui couvrent la plus grande partie de l’hébergement (près de 70 %) des personnes âgées dépendantes.

Voir le dossier de presse sur le point d’étape, campagne de presse :