14/04/2015 - CNAV (L’Assurance retraite) - Retraite
Les présidents des conseils d'administration de la (...)

Les présidents des conseils d’administration de la branche Retraite dressent le premier bilan du dispositif nouveau d’aide inter caisses désormais à l’oeuvre au sein de l’Assurance retraite

Les présidents des conseils d'administration de la (...)

Réunis le 31 mars 2015 à l’initiative du président du conseil d’administration de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), les présidents des Caisses d’assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT) et des Caisses générales de sécurité sociale (CGSS) ont souhaité faire la déclaration suivante.

Les retards de traitement des dossiers retraite constatés depuis cet automne en Nord Picardie et en Languedoc Roussillon constituent à l’évidence une défaillance. Le service public de la retraite présente ses excuses à tous les assurés qui ont dû attendre le versement de leur première pension de retraite.

Dès le mois de décembre, en mettant en place des secours exceptionnels de 800 euros, les personnes placées dans une situation difficile ont pu être prises en charge. En organisant un dispositif d’entraide sans précédent, portant sur plus de 10.000 dossiers transférés à la Cnav et au réseau des Carsat, nous sommes, au 31 mars, à moins de 3 500 dossiers en retard pour les deux caisses alors que nous étions à plus de 12 000 à la fin du mois de novembre 2014.

Les présidents des caisses régionales et générales se félicitent du rétablissement de la situation. Ils saluent l’esprit de service public dont ont fait preuve l’ensemble des personnels de l’Assurance retraite dans cette période difficile. Ils rappellent que le processus de traitement des dossiers doit tenir compte d’une triple exigence : outre celle de la qualité de la liquidation – mise en avant par la Cour des comptes- et celle de la liquidation à temps, s’ajoute la contrainte de la liquidation au moindre coût, les pouvoirs publics ayant souhaité engager un effort sans précédent de réduction des effectifs du service public de la sécurité sociale. Or, parallèlement, la réglementation retraite – comme le montre par exemple l’évolution du minimum contributif- a été considérablement complexifiée.

Les conseils d’administration de la branche Retraite du régime général attendent désormais de prendre connaissance des préconisations que doit formuler la mission IGAS. Des mesures de simplification de la réglementation retraite apparaissent désormais nécessaires afin d’éviter à l’avenir des difficultés de gestion du service public.

- Lire le communiqué de presse en pdf