Retraite

La Sécu attentive aux aînés

illustration--retraites-se-prome

 

La Sécu vous suit tout au long de la vie, il est donc normal qu’elle vous accompagne également lorsque vous prenez votre retraite !

 

Cela passe à la fois par le calcul et le versement de votre retraite de base, gérée par l’Assurance retraite (ou la MSA), mais aussi par d’autres aides pour vous permettre de vivre votre retraite dans les meilleures conditions et pour vous accompagner au mieux jusque dans le grand âge.

 

 

Vos démarches en synthèse

 

INFOGRAPHIE A INTEGRER

 

 

Gérer, calculer et verser les pensions des retraites de base

 

Dans notre système, la Sécu gère votre retraite de base

Le système de retraite français est dit « par répartition » : c’est-à-dire que ce sont les actifs qui, en cotisant pour leur retraite future, financent celle des retraités d’aujourd’hui. La retraite est le plus souvent composée d’une retraite de base et d’une retraite complémentaire.

 

L'Assurance retraite gère la retraite du régime général de la Sécurité sociale. Il s’agit de la retraite de base pour les salariés du secteur privé, les travailleurs indépendants, les contractuels de la fonction publique et les artistes-auteurs. L’Assurance retraite est constituée par la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) et son réseau régional (Carsat, CGSS, CSS). 

 

En vous connectant à votre espace personnel sur www.lassuranceretraite.fr, vous accédez à de nombreux services personnalisés vous permettant par exemple de faire le point sur vos droits, d’effectuer des simulations d’âge et de montant, de demander votre retraite en ligne ou encore, une fois retraité, d’obtenir des informations sur vos paiements.

 

 

Vous informer et vous accompagner tout au long de votre vie professionnelle

 

Si la retraite arrive au terme de votre vie professionnelle, elle se prépare néanmoins en amont. C’est pourquoi vous bénéficiez d’un droit à l’information de la part de la Sécu, qui vous envoie, par mail ou par courrier, de façon régulière des relevés de situation individuelle (tous les 5 ans à partir de 35 ans), ainsi que d’une estimation indicative globale du montant de la retraite dès 55 ans.

 

Ces documents peuvent être consultés à tout moment sur www.lassuranceretraite.fr. A partir de 55 ans, il est conseillé de se rendre régulièrement sur le site pour préparer sa future retraite.

 

 

Prendre en compte la situation de chacun dans sa spécificité

 

Bien sûr, si le fonctionnement général de la retraite est le même pour tous, il existe des spécificités selon votre situation. La Sécu les prend en compte pour un traitement équitable et solidaire.

 

Si vous avez 65 ans ou plus et que le montant de votre retraite est faible, la Sécu vous garantit également, sous certaines conditions, un minimum de ressources. Cela à travers l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), anciennement appelée « minimum vieillesse ». Celle-ci est versée par l’Assurance retraite. 

 

Si vous avez droit à une retraite au taux maximum, il existe par ailleurs un « montant plancher » qui s’applique si vous avez cotisé sur de faibles revenus. Cela s’appelle le minimum contributif de la retraite de base. Ce calcul est effectué de manière automatique au moment du passage à la retraite. Certaines conditions sont à réunir :

  • Vous devez avoir obtenu toutes vos retraites personnelles des régimes obligatoires de base et complémentaires français, étrangers et des régimes des organisations internationales ;
  • le montant total de ces retraites ne doit pas dépasser un certain plafond. En cas de dépassement, la part qui vous est versée est réduite.

 

 

    Âge minimum   Taux nécessaire
         
ASPA   65 ans   Aucun
         
Minimum contributif   Dès la retraite prise   Taux plein

 

 

Si vous êtes en situation de handicap, d’inaptitude au travail, d’incapacité permanente, ou que vous percevez une pension d’invalidité au moment de votre retraite, des règles spécifiques s’appliquent. A titre d’exemple, si vous avez été handicapé pendant plusieurs années, vous pouvez partir à la retraite au taux maximum dès 55 ans si vous remplissez certaines conditions.

 

A l’inverse, vous pouvez choisir de jouer les prolongations. Si vous continuez à travailler après 62 ans et au-delà du nombre de trimestres nécessaires pour obtenir une retraite au taux maximum, vous bénéficiez d’une surcote et améliorez le montant de votre retraite.

 

Vous pouvez également exercer une activité professionnelle après avoir pris votre retraite. Vous bénéficiez alors du cumul emploi-retraite. Certaines règles sont toutefois à respecter et, selon votre situation, le cumul de votre revenu d’activité et du montant de votre retraite sera intégral ou bien plafonné.

 

Si vous avez travaillé à l’étranger, les périodes que vous avez validées hors de France peuvent être prises en compte par l’Assurance retraite, selon certaines conditions. Cela dépend du ou des pays concernés, et de leur situation par rapport à la France, à savoir s’ils ont signé ou non des accords en matière de retraite. Par ailleurs, vous pouvez lors de votre expatriation continuer à cotiser directement au régime général de la Sécurité sociale, en souscrivant une assurance spécifique auprès de la CFE.


Autre cas de figure : si votre carrière comporte des périodes pour lesquelles vous n’avez pas ou peu cotisé au régime général de la Sécurité sociale, vous pouvez dans certains cas racheter des trimestres pour compléter votre carrière. Ainsi, vous validez des périodes pour lesquelles vous n’aviez auparavant pas cotisé, et vous pouvez améliorer le taux et éventuellement le nombre de trimestres pris en compte pour le calcul de votre retraite (dans la limite de la durée d’assurance maximum).

 

Enfin, en cas de décès de votre conjoint(e), des dispositifs sont également prévus. Il existe en particulier la retraite de réversion, qui vous permet de bénéficier d’une partie de la retraite qu’il ou elle aurait perçue.

 

 

Assurer la santé et la qualité de vie des retraités

 

illustration--personne-agee-acco

 

Gérer le versant financier de la retraite, calculer et assurer le bon versement des pensions, c’est le premier travail de la Sécu pour les retraités. Mais d’autres aides existent pour vous assurer une bonne qualité de vie via un accès aux services et aux soins dont vous pouvez avoir besoin, en particulier ceux liés à l’âge.

 

Du point de vue de la santé, outre la couverture de l’Assurance Maladie que vous conservez bien sûr une fois retraité, certaines aides vous sont proposées comme par exemple la vaccination contre la grippe gratuite chaque année.

 

L’Assurance retraite, de son côté, vous propose de nombreux ateliers favorisant le lien social et la prévention ainsi que des conseils pour vous aider à bien vieillir.

 

Par ailleurs, l’Assurance retraite accompagne les retraités pour qu’ils restent autonomes à domicile, notamment via l’adaptation du logement. Dans la plupart des cas, vous souhaiterez en effet vivre chez vous le plus longtemps possible. Néanmoins, avec l’avancée en âge, il arrive que certains éléments du logement posent des difficultés dans la vie quotidienne. C’est pourquoi il existe un dispositif spécifique d’aide à l’habitat.

 

Vos caisses de retraite peuvent aussi vous proposer d’établir un plan d’aides selon vos besoins. Ces plans comportent un panier de services adaptés à votre situation : aide à domicile, portage de repas, aide à la mobilité, aides techniques… Certaines aides spécifiques peuvent aussi vous être proposées en fonction des moments critiques de votre vie, pour vous aider à les surmonter (veuvage, placement d’un proche en établissement, déménagement…). Par ailleurs, les caisses régionales développent des actions de "préservation de l’autonomie des personnes âgées" (PAPA) ciblées sur les retraités Gir 5 et 6 les plus fragilisés.

 

Pour en savoir plus : toutes les aides au quotidien de l’Assurance Retraite